Un rasta au pays des caribous

Malgré mes inquiétudes de la veille, l’esprit de La petite trotte à Joan se matérialise sous mes yeux. Les plus expérimentés encadrent et conseillent les autres. Les moins fatigués patientent sans malice. Les blessés poursuivent à leur rythme, ne pensant jamais à l’abandon, conscients d’être épaulés dans leur obstination par un groupe partageant le même objectif.

Lire l’Article →

Joan on the Rocks

Confortablement installé à plat dos et les bras en croix, je regarde la cime des arbres et, au travers des feuilles, le ciel noirci par de lourds nuages d’orages. Je sais que je traverse le pire moment de ma course, physiquement parlant. Mais alors que mon corps est en surchauffe, je suis cool. Je sais que ça va passer. Tout passe. Toujours.

Lire l’Article →

Le jour d’après

Votre mission, si vous l’acceptez, est de ramper hors de votre campement, puis de marcher malgré vos courbatures de proportion biblique, en pleine nuit et sans vous prendre les pieds dans les câbles des tentes voisines, pour aller pisser. Vos intestins s’auto-nettoieront dans cinq minutes. Bonne chance, Jim.

Lire l’Article →

Dans le sillage de Widy

Me voici donc, 12 heures après avoir dominé Maman-Volcan, contraint de prendre une pause, les cuisses dévorées par les enfants-pitons du centre de l’île. Qu’ils soient coiffés d’une forêt tropicale ou qu’on les escalade par la route, ils présentent tous la même particularité. Plus on monte, plus ça monte. Raide. Aucune exception. Aucun répit.

Lire l’Article →